Editoriaux en liberté
Editoriaux en liberté

humour

Opérations récupérations, diversions, auditions, conclusions.

 

Circulez... si vous le pouvez !

 

Il suffit de voir la tête de nos innombrables présentateurs de journaux, heureux hier d’animer ce qu’ils voulaient plébisciter comme une « Affaire d’Etat ». Qui mit en branle tout le système politique traditionnel. Gêné de tant de divagations autour d’un pugilat dont les protagonistes étaient insuffisamment catalogués. En présence d’un vide juridique, la « Justice » n’étant pas compétente, il fallait désigner un coupable pour qu’une certaine démocratie survive aux conséquences de manifestations, emblèmes de notre civilisation.

Une autre machine s’est mise en marche. Afin que réparation soit faite. Le dernier né des soucis du présumé innocent, se devait d’embraser la terre entière. A peine quelques ricanements vinrent confirmer une solide réputation internationale. Dans l’hexagone, oh surprise, des sondages affichent l’indifférence de tout un peuple inqualifiable — ni de droite, ni de gauche— qui ajoute au ridicule d’une farce, cette fois par trop inconsommable.

Et nos chers présentateurs nous font penser aux poules devant un couteau ! Quant au Président, il part en vacances bien méritées de tant d’envies de changement. Aussi nos fidèles institutions qui tenteront de survivre aux vicissitudes de nos moyens de transports. Pourvu que nos journaux ne renâclent pas devant une autre affaire, électrique cette fois, pour faire la lumière bien entendu, devant les disfonctionnements de deux entreprises, plus ou moins publiques, aux sigles qui font l’actualité : RTE v/s SNCF !

 

*

 

 

 

10 juillet 2018

 

« Contre le Roi, la loi, la liberté. Aux armes, citoyens ! »

Paroles d’insoumis.

 

*

 

 

L’Opium non ! Le Cannabis oui !

 

 

 

Karl Marx a dit, écrit : « La religion, c’est l’opium du peuple ». C’est l’une des plus belles fumigations connues. Elle s’appuie sur une caricature moins intelligente que ce qu’enseigne certains cultes peu politisés. Au pire, il est impossible de vérifier que la religion soit une escroquerie. Il est tout à fait objectif d’affirmer : « la prétendue révolution n’aura pas lieu ». C’est un échec. Cette idylle syndicale avec un peuple soumis ne repose plus que sur les vestiges d’un passé de toutes les erreurs.

Au point que les chinois, sous un régime puissant de démocratie populaire, ont choisi une politique moins subversive mais plus réaliste que cet enfumage fâcheux. La Chine ne s’oppose plus au libre-échange.

 

Mais il y a plus encore !

Une certaine liberté d’expression, organe d’une démocratie de l’opinion, est devenue bien plus trompeuse. Cultivant ses chroniques, débats, à partir d’une réflexion langée des couches en pleurs d’une justice financière dominante, elle suggère des cantiques issus d’une religion de compassion qui n’enrichit personne : la protection sociale. Mais que finance une surconsommation parfois nécrosante, dénoncée à grands coups de sirènes angoissants rapportés dans les journaux. Gavés de publicités ils invitent, malgré tout, à consumer toujours d’avantage. Ils nous parlent de la « libéralisation » du cannabis...    

 

L’opium, non ! Le cannabis oui ! D’autant que, reconnu, il contribuerait à épauler des finances en perdition !

 

*           

 

 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Editoriaux en liberté

Appel

Email